La belle verte

la-belle-verte-afficheLa Belle Verte est une comédie en forme de fable philosophique anti-conformiste, écologiste, humaniste et pacifiste pleine d’humour et de santé…

Mila, qui vient de la planète Verte, se dévoue pour aller sur Terre voir comment ces pauvres terriens ont évolué depuis le dernier voyage de ses congénères, il y a deux cent ans. Elle débarque à Paris de nos jours habillée avec un costume de l’époque, le croyant toujours d’actualité. Et bien sûr, elle va de surprises en surprises, effarée de voir des automobiles, des crottes de chien sur le trottoir, des billets de banque et autant de pollution. Ne pouvant se nourrir de ces choses affreuses qu’ils mangent, elle se réfugie dans un hôpital pour nouveaux-nés, seule manière pour elle de se recharger en serrant dans ses bras un nourrisson. C’est ainsi qu’elle se heurte au chef de service, Max, qu’elle s’empresse de « déconnecter » pour qu’il voit le monde sous un jour meilleur. Et c’est aussi là qu’elle fait la connaissance de Macha, la jeune puéricultrice qui s’occupe d’un bébé bosniaque abandonné par sa mère. Elles décident ensemble, et avec l’accord de Max, de l’enlever pour qu’il échappe à la DDASS. Quand les deux fils de Mila avec qui elle communique régulièrement par télépathie- apprennent qu’elle vit avec deux jolies filles -Macha et sa soeur Sonia- ils débarquent à leur tour sur terre.

Malgré son apparente naïveté, il est dit dans ce film que l’évolution souhaitable, c’est l’évolution spirituelle, l’utilisation à 100% des ressources du cerveau dans une conscience plus élevée avec ses pouvoirs (télépathie, pouvoirs psychiques) et non pas l’évolution matérielle de la technique. « Sur terre, ils sont sous-développés, ils n’utilisent que même pas 5% de leur cerveau ! ! ».

L’éloge du film va aussi au respect et à la culture du corps, de sa beauté, de sa vigueur, en pratiquant l’exercice physique pour une vie saine. Enfin, la musique – et sa relation au silence – semble jouer un grand rôle; elle est vue comme l’art suprême (J.S. Bach y est présenté comme un envoyé d’un autre monde). Mais le silence a une importance encore plus grande (les concerts de silence).

On notera aussi quelques remarques sur la religion : Jésus venant lui aussi d’un autre monde. « Et bien, ils ne l’ont pas raté Jésus, ils l’ont crucifié ! ». Noël ? le jour du crucifié où on offre des pistolets aux enfants.

Film Français sorti en 1990.
Réalisateur : Coline Serreau
Acteurs : Coline Serreau, Vincent Lindon, Samuel Tasinaje, James Thierree, Marion Cotillard, Claire Keim, Catherine Samie, Paul Crauchet, Didier Flamand, Patrick Timsit, Michel Lagueyrie, Denis Podalydes, Philippine Leroy-Beaulieu, Francis Perrin.

 

Avez-vous un avis sur ce film ?

Laissez un commentaire ci-dessous.

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *